La Ferme des Animaux, votre animalerie en ligne

Default welcome msg!

Vous venez d'adopter un chien…

Vous venez d'adopter un chiot. Celui-ci va prendre rapidement une place très importante dans votre vie. La Ferme des Animaux souhaite vous aider à toutes les phases de l'évolution de votre compagnon.

 Vous trouverez ci-dessous, quelques indications de base concernant :

- la nourriture

- la santé et l'hygiène

- l'éducation

Alimentation

Les besoins alimentaires d'un chien (carnivore) sont très différents de ceux d'un homme (omnivore). Votre animal doit donc recevoir une alimentation spécifique, adaptée à sa physiologie et non une alimentation humaine. Ceci est particulièrement vrai pendant la croissance, période la plus importante pour sa santé future mais aussi période pendant laquelle s'acquièrent les bonnes et les mauvaises habitudes.

Quel aliment choisir ? 

Les aliments industriels (boites ou croquettes) sont très bien formulés dans l'ensemble. Les règles de base à respecter sont :

          - choisir un aliment complet (mention légale obligatoirement indiquée sur l'emballage)

          - choisir un aliment adapté à l'âge et aux conditions particulières de vie de l'animal, par exemple "destiné au chiot en période de croissance de trois mois à un an" ou "destiné au chien adulte" ou encore "destiné au chien adulte ayant une activité physique importante"…

Les quantités à distribuer sont celles indiquées par le fabricant.

Les différences entre les gammes portent essentiellement  sur la qualité des matières premières utilisées, ce qui influe directement sur la digestibilité du produit mais ce n'est pas forcément visible sur l'étiquette : des protéines animales (viande) seront mieux absorbées que des protéines végétales (soja, céréales) par un carnivore ; cependant, l'emballage portera dans les deux cas la mention 30 % de protéines. En cas de doute, n'hésitez pas à nous demander conseil.

Il est tout à fait possible de confectionner soi-même une alimentation équilibrée. Pour un chien adulte, les proportions à respecter sont les suivantes :

30 % de viande maigre + 50 % de riz très cuit + 20 % de légumes Ou 40 % de viande grasse + 30 % de riz très cuit + 30 % de légumes. 

Le riz peut être remplacé par des pâtes. Les légumes utilisés sont le plus souvent des carottes ou des haricots verts.

A cela, il est impératif de rajouter un mélange comprenant en quantités égales : levure sèche, huile, complément minéral et vitaminé (calcium…).

Les quantités à distribuer varient selon le poids :

-300 gpar jour pour un chien de7 kg

-510 gpour15 kg

-725 gpour25 kg

-900 gpour35 kg.

Des coefficients correcteurs sont à apporter lors des états physiologiques particuliers : croissance notamment mais aussi gestation, lactation, activité intense…

Si vous décidez d'adopter ce type d'alimentation (appelée aussi alimentation ménagère, par opposition à alimentation industrielle), nous vous encourageons vivement à nous en parler. Nous calculerons pour vous les besoins exacts de votre chien et vous indiquerons les compléments à utiliser.

Comment le distribuer ?

Nous avons vu qu'un chien avait des besoins alimentaires précis. D'autre part, contrairement à l'homme, il n'aime pas varier son alimentation. La règle d'or à respecter est donc la stabilité.

- Horaires de distribution :

Trois repas par jour jusqu'à quatre ou cinq mois puis deux repas par jour jusqu'à six ou huit mois, à heure fixe (matin et soir ou midi et soir).

Chez l'adulte, vous pourrez selon vos préférences, distribuer la ration quotidienne en une ou deux fois. 

Attention : proposer deux repas ne signifie pas que l'on donne deux fois plus à manger.

Cas particulier : le fractionnement de la ration en deux repas est recommandé chez les grandes races (plus de trente kilos) pour limiter les risques de torsion d'estomac.

- Modalités :

Un chien doit manger au calme, à heures fixes, de préférence après vous (cf chapitre éducation). S'il mange avant vous ou en même temps, il devra être isolé dans une autre pièce.

          - Eviter toute activité intense après le repas pendant la digestion.

          - L'idéal est de ne laisser la gamelle à disposition qu'un temps limité.

          - Votre animal apprendra rapidement à faire de vrais repas et à ne pas grignoter.

          - Votre chien doit évidemment avoir en permanence de l'eau fraiche et propre à disposition.

 

- Récompenses, friandises :

Proscrire absolument le chocolat, les gâteaux et autres sucreries. Vos restes de table sont également à éviter.

Ces suppléments, outre qu'ils déséquilibrent l'alimentation de votre compagnon, induisent immanquablement des comportements de mendicité (chien qui bave, infernal lorsque l'on mange…).

L'utilisation de récompense dans un but éducatif est tout à fait possible mais la caresse et le contact de la main du maître doivent primer sur la distribution de nourriture. Il existe néanmoins, si vous le désirez, des produits adaptés à cet usage.

Ne jamais oublier qu'un apport alimentaire est plus ou moins proportionnel au poids de l'animal. Un caniche nain de 5 kg mangeant un carré de chocolat équivaut à peu près à un homme de 70 kg avalant la moitié de la tablette.

L'équilibre et la croissance harmonieuse d'un chiot dépendent de la régularité de ses repas, de la qualité et de l'équilibre de son aliment et du respect des quantités distribuées. Les aliments industriels présentent l'avantage de la stabilité et de l'équilibre ainsi qu'un côté pratique non négligeable (pas de "cuisine" à préparer).

 

Vaccinations

Les vaccinations ont pour but de prévenir certaines maladies graves. Elles ne guérissent bien sûr pas ces maladies (le vaccin a un rôle préventif) et ne constituent pas non plus une assurance contre toutes les maladies du chien.

Dans tous les cas une consultation vaccinale ne consiste pas en une simple injection : seul un animal en bonne santé doit être vacciné afin que la protection immunitaire s'installe dans de bonnes conditions. Pour cela, un examen clinique complet est nécessaire.

Les vaccinations des chiots permettent en outre de surveiller périodiquement que la croissance s'effectue correctement. De plus, il est important lors des visites annuelles à l'âge adulte, de veiller à dépister le plus tôt possible, toute affection sous-jacente. N'hésitez pas à nous poser toutes les questions qui vous préoccupent.

Maladie de Carré ©, Hépatite de Rubarth (H), Parvovirose (P), Leptospiroses (L)

Ces vaccins concernent des maladies contagieuses très souvent mortelles ou invalidantes. Le seul moyen de protéger efficacement les chiens est la vaccination.

La primo-vaccination (1ère année) nécessite deux injections à un mois environ d'intervalle puis une injection de rappel un an plus tard. Ensuite, les rappels interviendront tous les deux ans pour les valences C et H, tous les ans pour les valences L et P.

Rage (R)

La primo-vaccination nécessite une seule injection et les rappels sont annuels. Cette maladie est absente de notre région La vaccination ne sera pratiquée que sur des animaux devant voyager (obligation lors de passage de frontière, de transit dans le nord-est de la France) ou devait résider dans des collectivités (camping, hôtel, village de vacances, chenil, exposition canine…). 

Pour ces maladies, les protocoles de primo-vaccination devront être : 

-  CHLP si l'animal a plus de deux mois, au premier vaccin

-  CHLP (+ R éventuellement) un mois plus tard ou

-  CHLP si l'animal a moins de deux mois, au premier vaccin

-  CHLP (+ R éventuellement) un mois plus tard.

En ce qui concerne les rappels annuels, n'hésitez pas à utiliser notre service gratuit d'alertes et d'agenda vétérinaire.

Piroplasmose (Bab)

La piroplasmose est une maladie parasitaire transmise par les tiques. Très fréquente dans notre région, elle peut être mortelle ou entrainer des séquelles hépatiques et rénales notamment.

Un vaccin est disponible contre cette maladie. Il protège efficacement les chiens à condition de ne vacciner que des animaux qui n'ont pas eu de piroplasmose jusqu'alors. La primo-vaccination se fait en deux injections à un mois d'intervalle lorsque l'animal a plus de cinq mois. Les rappels sont annuels.

Dans tous les cas, elle ne dispense pas de protéger efficacement votre compagnon à quatre pattes contre les tiques à l'aide d'un produit adapté (cf antiparasitaires externes) et cela dès son plus jeune âge.

Toux de chenil (Tc ou Pi)

Cette vaccination n'est pratiquée systématiquement que chez les chiens vivant en collectivité (élevages, meutes…). Elle est exigée par certains chenils ou établissements de gardiennage et sera alors effectuée sur simple demande de votre part.

Tatouage

L'identification par tatouage des chiens est légalement obligatoire lors de tout changement de propriétaire c'est-à-dire que tout chiot, qu'il soit donné ou à plus forte raison vendu, doit être tatoué au préalable.

Le tatouage est de plus  très utile en cas de perte. Un chien trouvé sur la voie publique est toujours, tôt ou tard, conduit chez un vétérinaire ou à la SPA ou confié aux pompiers ou à la police, personnes qui pourront immédiatement retrouver vos coordonnées grâce au numéro de tatouage. Au contraire, un animal non identifié sera mis en fourrière avec toutes les conséquences que cela peut entrainer : replacement voire euthanasie après le délai légal de surveillance.

Le tatouage a aussi un effet dissuasif contre le vol.

Vermifugation

Un chiot doit être vermifugé tous les mois jusqu'à l'âge de six mois en utilisant un vermifuge polyvalent (vers plats, vers ronds). Ces produits existent sous différentes formes (liquide, pâte, comprimé) et sont très faciles à administrer.

Ces traitements sont particulièrement importants pour la santé et la croissance de votre compagnon : ne les oubliez pas.

Il faudra ensuite vermifuger votre animal à l'âge de neuf mois puis deux fois par an lorsqu'il sera adulte.

Nous sommes à votre disposition pour vous conseiller le produit le mieux adapté. En effet, de nombreuses molécules sur le marché ne sont pas polyvalentes (spécialisation "vers ronds" ou "vers plats") ou nécessitent des précautions d'emploi particulières pour être efficaces (administration à jeun…).

Antiparasitaires externes

Puces et tiques comptent parmi les ennemis les plus communs de nos compagnons : les puces sont facteurs de démangeaisons et de phénomènes allergiques (eczéma). Particulièrement en été, les tiques peuvent transmettre la piroplasmose notamment (très fréquente dans notre région). Il est donc important de prévenir l'infestation dès le plus jeune âge du chiot.

Les antiparasitaires externes se présentent sous différentes formes :

-  Poudre, shampoing : efficacité limitée dans l'ensemble.

-  Colliers : seuls les colliers à l'Amitraz possèdent une réelle efficacité anti-tique (mais ils ne sont pas actifs contre les puces). Ils doivent être posés correctement, changés régulièrement. On ne peut les utiliser que sur des chiots de plus de deux mois.

-  Aérosols : certains d'entre eux sont véritablement antipuces et anti-tiques, à condition d'être utilisés correctement (une application toutes les semaines, suffisamment abondante…) Leur toxicité (chien, chat) et le bruit lors de leur administration limitent leur utilisation.

-  Sprays (produits mouillants) : ce sont actuellement les produits de choix, tant sur le plan de l'efficacité (antipuce et anti-tique) que sur le plan de la facilité d'utilisation (une seule fois par mois, posologie précise…).

De plus, l'un d'entre eux permet par son absence presque totale de toxicité une utilisation chez tous les carnivores (bébés à partir de 3 jours, chats, animaux malades, femelles gestantes ou allaitantes…)

N'hésitez pas à nous consulter avant de choisir les produits que vous utiliserez pour protéger votre animal de compagnie; Rien n'est plus dangereux que de croire son chien à l'abri alors que le risque subsiste à cause d'un produit inefficace ou mal utilisé.

La protection antiparasitaire met en jeu la santé de votre animal : des conditions précises d'emploi doivent être observées, ces molécules appliquées sur la peau de votre chien peuvent être léchées, absorbées… Ce sont des "produits conseils" qui, comme leur nom l'indique, nécessitent des conseils d'emploi et ne doivent pas être vendus comme de vulgaires barils de lessive.

 

Contraception de la chienne

 Les premières chaleurs d'une chienne ont lieu en moyenne entre 6-7 mois (petites races) et 14-16 mois (grandes races).

La période de chaleurs dure normalement trois semaines et se caractérise par des pertes hémorragiques vulvaires. Durant la première semaine, la chienne refuse généralement la saillie. La période à risque se situe durant la deuxième semaine (ovulation la plupart du temps autour du 11ème-12ème jour après le début des pertes.

Il est important de laisser les premières chaleurs se dérouler naturellement sans les interrompre et sans que la chienne soit saillie.

Par la suite, une contraception peut être mise en place : 

Opération de stérilisation chirurgicale par ablation des ovaires, qui prévient de plus les risques de tumeurs mammaires si elle est effectuée suffisamment précocement.

Injections contraceptives répétées, de façon préventive avant le début des chaleurs.

Toutes les méthodes d'interruption des chaleurs après le début des pertes, que ce soit par injections ou par pilules, comportent des risques non négligeables d'infections graves de l'utérus et sont de ce fait fortement déconseillées.

Hygiène

Peau 

Un chien doit être lavé le moins souvent possible : au maximum une fois par mois et de préférence pas avant l'âge de quatre mois. 

Les shampoings doivent impérativement être des produits destinés aux chiens, qui sont très différents des shampoings humains. En effet, ces derniers sont agressifs pour la peau de votre animal et peuvent générer des problèmes dermatologiques.

En revanche, le pelage d'un chien nécessite un brossage régulier. Celui-ci a pour but de démêler et d'éliminer les poils morts. Cette opération doit être hebdomadaire (pour une race à poil ras) à quotidienne (pour une race à poil long).

Le chiot doit être habitué très tôt à la brosse. Il est en effet essentiel que le brossage soit un acte agréable pour l'animal comme pour le maître et non une corvée.

Certaines races doivent de plus être toilettées régulièrement (tonte ou épilation suivant les cas). N'hésitez pas à voir un toiletteur qui, en tant que professionnel, saura vous conseiller utilement.

Oreilles 

Dans la plupart des cas, aucun entretien particulier n'est nécessaire : une simple surveillance suffit.

Certaines races (Caniche, Lhassa Apso, Bichon…) ont des oreilles poilues et doivent être épilées régulièrement pour dégager le conduit auditif.

D'autres races, notamment celles à oreilles tombantes et poils longs (Cocker, Epagneul, Caniche…) sont considérées comme à risque pour les problèmes auriculaires. Chez elles, il est bon d'assurer un nettoyage régulier avec un produit adapté : ne pas utiliser d'éther, d'alcool… qui sont irritants. Les cotons-tiges sont strictement interdits dans tous les cas.

Un problème pathologique à une oreille se manifestera en général par un comportement caractéristique : grattage ou animal qui se secoue fréquemment la tête.

Yeux 

Ils ne nécessitent en principe aucun soin particulier.

Certaines races ont tendance à avoir des écoulements lacrymaux. Il faut dans ce cas utiliser un produit d'hygiène adapté pour nettoyer le pourtour de l'œil et assurer un massage léger des canaux lacrymaux. Les races concernées sont en particulier celles ayant des yeux proéminents (Pékinois, Lhassa Apso, Shih Tzu…) ainsi que les caniches.

Dents 

Les dents d'un chiot ne réclament que peu d'attention. Une surveillance de l'implantation et du remplacement correct des dents de lait sera effectuée lors des visites vaccinales.

Cependant, un certain  nombre de petites races (Caniche, Yorkshire, Shih Tzu…) sont particulièrement sujettes au dépôt de plaque dentaire et de tartre, responsables plus tard (souvent dès l'âge de trois à cinq ans) de mauvaise haleine puis de déchaussement et d'infection dentaire. Il est intéressant d'habituer les chiots concernés, dès le plus jeune âge, à des soins d'hygiène dentaire, à l'aide de produits adaptés : pâtes contenant un abrasif doux et un antiseptique qui éviteront de devoir procéder trop tôt à des détartrages aux ultra-sons sous anesthésie générale.

Education

Pour le chien, la famille humaine dans laquelle il vit est une meute. Or, une meute est hiérarchisée : il y a un premier (dominant), un second, un troisième… Il est essentiel que tous les humains de la famille soient en position dominante vis-à-vis du chien, en particulier le maître qui doit se comporter en "chef de meute", ce qui ne signifie pas qu'il doit écraser ou humilier son chien mais simplement savoir se faire respecter fermement pour être obéi sans discussion.

Un chien cherche toujours à faire plaisir à son patron. C'est en exploitant cela qu'on obtiendra le maximum de lui. Les chiens d'avalanche, d'aveugle ou de handicapé… qui font souvent des choses extraordinaires ne travaillent jamais sous la contrainte mais dans un climat de confiance réciproque avec leur maître.

La plupart des problèmes d'éducation proviennent au départ d'incompréhension. Les langages humains et canins sont très différents. C'est à l'humain d'apprendre le langage canin et de l'utiliser pour se mettre à la portée du chien et lui faire comprendre ce que l'on attend de lui.

Sociabilisation 

Un chien doit être parfaitement sociable envers ses congénères et envers les hommes. En ce qui concerne le comportement envers les autres chiens, la mère joue un rôle essentiel. Il est à ce sujet très important de ne pas séparer un chiot trop tôt de sa mère (deux mois = un minimum, deux mois ½ voire trois mois pour les grandes races, sont préférables). De nombreux problèmes éducatifs (de propreté en particulier) proviennent d'un sevrage trop précoce.

Il faut savoir qu'un chien adulte considérera comme hostile, tout ce qu'il n'a pas connu avant l'âge de 5-6 mois. Il faut donc montrer à un chiot un maximum de choses avant cet âge là : voiture, foule, enfant, chat, pétard… mais aussi brosse, produit d'hygiène… vétérinaire…

Ces présentations devront se faire en douceur, sans affoler le chiot pour qu'il considère la chose nouvelle comme agréable. Il faudra le rassurer, lui parler doucement, le caresser. Le maître devra être présent et servir de refuge affectif lorsque le chiot se sentira désorienté.

Pendant cette période de sociabilisation, le chiot doit être manipulé le plus souvent possible : oreilles, yeux, bouche, brossage et démêlage… Il doit accepter cela comme un jeu et non comme une contrainte. Il doit aussi apprendre à ne pas trop bouger pendant ces opérations.

Règles de base de l'apprentissage 

Pour apprendre quelque chose à un chiot, la technique la plus efficace réside dans le "renforcement positif". Chaque fois que le chiot obéit ou répond favorablement à ce qu'on lui demande, même si c'est par hasard, on doit le conforter dans son attitude en le récompensant. Inversement, ne jamais associer à une faute quoi que ce soit qui ressemble à une approbation. La mauvaise habitude serait vite prise.

La meilleure récompense existante réside dans la caresse et le contact avec la main du maître ainsi que dans la perception d'une voix douce.

Au contraire, au moins au départ, les échecs seront ignorés. Ce n'est qu'au bout d'un certain temps, lorsque l'on sera sûr que le chiot aura compris ce qu'on lui demande, qu'on pourra y adjoindre la punition ou la gronderie. Celle-ci consistera en un "NON" ou un "DEFENDU" ferme et définitif. Le même mot, prononcé sur le même ton, doit être utilisé à chaque fois. En cas de faute grave, notamment en cas de remise en cause de l'autorité du patron, une punition corporelle peut être utilisée. Le plus efficace est de gronder le chiot d'une voix forte en le tenant par la peau du cou et en le regardant bien en face, voire en le secouant un peu. La tape sur les fesses avec un journal est également utilisable. L'essentiel de l'apprentissage se fait par le ton de la voix : ne pas hésiter à crier.

Dans tous les cas, la récompense comme la punition doivent suivre immédiatement le succès ou la faute. Le chien possède en effet une mémoire associative qui ne lui permet pas de faire la relation entre deux évènements éloignés dans le temps.

Ces techniques sont applicables à toutes les actions qu'un chien adulte devrait savoir accomplir : rappel, marche au pied avec et sans laisse, assis et couché sur commande…

Exemple du rappel : dans un premier temps, il faut profiter du fait que votre chiot se précipite spontanément vers vous pour dire à chaque fois "XX, au pied" et le féliciter lorsqu'il arrive. Profiter aussi en promenade du fait que, distrait, il vous ait perdu et commence à vous chercher pour vous faire entendre : "XX, au pied". Votre chiot heureux de vous avoir retrouvé va venir vers vous. Le féliciter joyeusement lorsqu'il arrive… Ainsi, il associera petit à petit cet ordre au fait de revenir vers vous et de recevoir une récompense. Ensuite, même s'il met longtemps à revenir lors d'un rappel, le féliciter lorsqu'il arrive. Si vous le grondez, il associera l'action de revenir à la punition.

De même la marche en laisse ne devra en aucun cas être brusquée au début pour ne pas dégouter le chiot. Procéder au départ avec une corde très longue dans un espace dégagé et ne tirer sur la laisse que doucement et progressivement en accompagnant les déplacements spontanés de l'animal. Ce n'est qu'ensuite qu'on pourra tirer d'un coup sec pour rappeler à l'ordre l'étourdi qui a oublié qu'il ne faut pas tirer. Ne jamais exercer de traction continue sur la laisse mais procéder par à-coups ponctués d'un "au pied" sans réplique.

Apprentissage de la propreté  

C'est un cas particulier de ce qui a été vu précédemment. La propreté n'est pas innée chez un chien. Il faut la lui apprendre.

Au départ, on devra montrer au chiot un endroit (journaux, serpillères…) sur lequel il peut faire ses besoins. Chaque fois qu'on le voit se mettre en position, le porter à l'endroit prévu et le féliciter. Ne pas le gronder en cas d'oubli dans un autre lieu. Cette technique nécessite de consacrer du temps à suivre le chiot dans ses déplacements.

Lorsqu'il aura compris et recherchera ses journaux ou sa serpillère spontanément pour ses besoins, on fera suivre ceux-ci lors des sorties hygiéniques, qui devront être les plus fréquentes possibles. Puis, progressivement, on laissera les journaux à l'extérieur en les montrant au chiot qui prendra ainsi l'habitude de gratter à la porte (ou autre mimique) pour montrer qu'il veut sortir. Ce n'est qu'à ce stade qu'on pourra le gronder en cas d'oubli à l'intérieur et seulement si on le prend sur le fait.

Si on habite dans une maison avec jardin, il peut être plus simple de sauter "l'étape journaux" et de porter votre chiot directement à l'extérieur, toujours au même endroit, là où on veut qu'il prenne l'habitude de faire ses besoins.

Remarque : le fait de "mettre le nez dedans" est totalement inefficace. En effet, un chien flaire spontanément les besoins qu'il rencontre pour en identifier l'auteur. Ce n'est absolument pas repoussant pour lui. Cela peut simplement conduire l'animal à cacher ses besoins, à les manger…

L'apprentissage de la propreté chez un chiot requiert de votre part, patience et temps : suivre l'animal les premiers jours pour voir lorsqu'il fait ses besoins, faire des sorties fréquentes et longues ensuite…

Ce qu'il ne faut pas faire 

-  Les punitions différées dans le temps par rapport à la faute sont à proscrire totalement. Si vous grondez un chiot lorsque vous entrez et que vous découvrez qu'il a fait une bêtise en votre absence, il va associer la punition à votre retour et non à la faute qu'il a commise.

-  Permettre un jour et interdire le lendemain : il faut être homogène dans ce que l'on demande et conserver toujours la même attitude, sinon l'animal ne comprend plus. De même, tous les membres de la famille doivent se comporter de la même façon sous peine de dérouter complètement le chiot.

-  Tolérer des attitudes de dominance vis-à-vis d'un ou plusieurs membres de la famille. Certains signes que nous, humains, ressentons comme normaux ou amicaux sont pour les chiens des moyens de prendre le dessus sur leur propriétaire. Mettre la tête ou une patte sur les genoux ou sur la cuisse par exemple : le chien ne réclame pas une caresse, il affirme sa dominance.

Si de plus, on lui donne une caresse, on l'encourage dans cette voie et il se rebellera le jour où on voudra lui montrer qu'il n'est pas le chef. Il en va de même des chiens qui prennent possession des passages-clefs de l'habitation (positions de contrôle, couloir, escalier, canapé d'où ils peuvent tout surveiller…) qui exigent que leur propriétaire soit présent lorsqu'ils mangent. Ces attitudes doivent être détectées et proscrites au plus tôt, en particulier chez les mâles manifestant des intentions de domination.

Un chien doit toujours manger après ses maîtres et dans une pièce à part. Il doit accepter sans hésitation qu'on lui mette la main sur la tête, qu'on le maintienne sur le dos, qu'on lui enlève la gamelle ou son jouet. Aucun mordillement, même par jeu, ne doit être toléré envers les humains, surtout les enfants : donner une balle au chiot pour qu'il puisse mordre à sa guise ou se "faire les dents".

Toutes ces attitudes de domination sont détectables très tôt (à l'âge de quelques semaines) et doivent être corrigées immédiatement.

Votre chiot réclame un investissement en temps considérable pendant les premiers mois : l'essentiel des apprentissages de base sera acquis vers 7-9  mois. Ce temps que vous lui consacrez rendra vote cohabitation harmonieuse durant toute sa vie. Il pourra ainsi vous accompagner partout.

Les principes à observer sont la patience, la fermeté, le respect de quelques consignes de base. Un chiot correctement sociabilisé, ayant connu de nombreuses situations durant ses premiers mois, manipulé souvent et ayant reçu un minimum d'éducation, ne posera jamais de problèmes lors de la vie en société. Ces règles sont valables quelle que soit la race : tolérer plus à des petits chiens peut conduire à de graves problèmes. Les plus petits sont souvent les plus dominants et les moins faciles à éduquer.

En espérant que ces quelques conseils pourront vous être utiles, nous vous souhaitons une vie commune longue et agréable.

En cas d'hésitation ou besoin de précisions complémentaires, nous sommes à votre disposition : un petit appel téléphonique vaut mieux qu'une grosse bêtise ;)

Quelques informations supplémentaires

Quelques chiffres

- Température rectale : 38° à 39 ° C.

- Fréquence respiratoire : 10 à 40 par minute.

- Fréquence cardiaque :

  *  environ 200/minute pour un chiot

  *  environ 150 à 180/minute pour les petites races

  *  environ 70 à 150/minute pour les grandes races.

-  Durée de gestation : 58 à 63 jours.

-  Maturité sexuelle :

  *  7 à 10 mois chez le mâle

  *  6 à 14 mois chez la femelle.

-  Espérance de vie : 10 à 16-17 ans selon les races.

 

Les papiers de votre chien

- Attestation de vente :  Elle vous a été remise par le vendeur et mentionne obligatoirement la date de la vente, l'identité de l'animal (numéro de tatouage), le prix de vente, le nom et l'adresse des vétérinaires choisis par le vendeur et l'acheteur.

- La carte de tatouage : Le changement de propriétaire doit avoir été effectué (signature du vendeur et de l'acheteur et envoi à la Société Centrale Canine).

Ces deux documents sont obligatoires lors de toute transaction même avec un particulier, même si le chiot n'est pas de race.

- Le carnet de santé (ou carnet de vaccinations) : il n'est pas à usage exclusif du vétérinaire. Il contient des pages d'information que vous pourrez lire et des pages de notes que vous pouvez utiliser pour inscrire les dates de vermifugation, de chaleurs des chiennes, le poids…)

- Le certificat de naissance (ou inscription provisoire au Livre des Origines Françaises) pour les chiens de race. Seuls les chiots munis de ce document peuvent obtenir un pédigrée.