La Ferme des Animaux, votre animalerie en ligne

Default welcome msg!

Conseils pour bien nourrir votre chien...

Quelles bonnes habitudes lui donner ?

Très jeune, le chien devra être habitué à manger à heures régulières, dans un plat toujours placé au même endroit. Pour de simples raisons d’hygiène, mais aussi pour éviter toute sollicitation, il ne devra jamais manger en même temps que ses maîtres et il faudra éviter de lui faire partager les restes du repas. L’accès à la nourriture fait en effet partie des prérogatives des dominants, le chien ne doit pas mendier à table. Pour autant, il ne faut pas chercher à lui retirer son repas.

Doit-on diversifier la nourriture ?

Le chien peut fort bien manger le même type d’alimentation durant toute sa vie. Toutefois, si vous constatez une certaine lassitude, n’hésitez pas à varier ses repas et à changer de recette. Une transition alimentaire progressive est toujours conseillée : il conviendra de mélanger très progressivement l’ancien aliment au nouveau. Ce peut être nécessaire quand l’animal vieillit ou qu’il présente une maladie qui impose une modification de la formule de son aliment.

Peut-on donner des os ?

Les os sont bons pour la santé, car ils fournissent du calcium et du phosphore a l’organisme. Même si ces substances figurent dans les aliments préparés industriellement, il n’est pas interdit d’offrir un os à votre chien, en guise de récompense. Cependant, tous ne sont pas recommandables. En règle générale, il faut se méfier des os friables. Ainsi, les os de poulet et de lapin donnés tel quel sont proscrits. Quand l’animal les croque, ils se fragmentent sous forme d’esquilles et peuvent provoquer des blessures à l’intestin, qui peuvent entraîner des perforations très graves, ou former des bouchons. L’idéal, c’est un gros os de boeuf, de veau ou de mouton que le chien pourra mordiller et ronger sans danger.

Remarque : Il est préférable de ne pas laisser l’os - même de grande taille - à disposition du chien en permanence afin d’éviter l’ingestion de trop grandes quantités d’os en une seule fois, pouvant entraîner un blocage des voies digestives.

Comment vérifier que l’animal est en bonne santé ?

Il existe quelques moyens très simples de savoir si la nourriture que vous donnez à votre chien lui convient. S’il est adulte, vérifiez notamment que son poids reste stable. Pour cela, il suffit de se peser seul, puis avec le chien… et de calculer la différence. Surveillez également l’aspect de sa peau et de sa fourrure. Un animal en pleine forme a un poil lisse et brillant. Par ailleurs, vous pouvez affiner votre diagnostic en observant le bon fonctionnement intestinal de l’animal (fréquence, odeur, consistance, couleur des selles) et son comportement dans la vie de tous les jours : entrain, appétit, tranquillité.

Si la santé de votre animal vous inquiète, n’hésitez pas à consulter un vétérinaire.

Quand faut-il recourir à une alimentation particulière ?

Le mauvais fonctionnement d’un organe (cœur, foie, rein…) modifie les besoins nutritionnels de I’animal. Des régimes spéciaux prescrits par un vétérinaire -et par lui seul- peuvent pallier ce dérèglement. Après avoir détecté l’origine du trouble, il pourra conseiller une alimentation spéciale. Il existe, en effet, sur le marché des aliments "diététiques" que le vétérinaire peut prescrire, en les associant à un traitement.

Les besoins nutritionnels du chien

Comme tout être vivant, l’animal doit trouver dans son alimentation quotidienne les éléments indispensables pour couvrir un ensemble de besoins :

- les besoins d’entretien, correspondant aux dépenses pour les fonctions vitales et d’activité. 
- les besoins de production, nécessaires à la croissance, au travail ou à la reproduction.

Les nutriments apportés par les aliments sont essentiellement des sources d’énergie (pour les lipides et les glucides) et des nutriments de construction (pour les protéines et les sels minéraux). Ils sont utilisés en association avec d’autres éléments indispensables, tels que les vitamines, les oligo-éléments et l’eau. Tous les nutriments nécessaires à la vie doivent figurer dans la ration journalière de manière très équilibrée.

Le chien a des besoins nutritionnels qui nécessitent un bon équilibre du calcium et du phosphore, et un apport suffisant en vitamine D pour assurer la solidité du squelette et un bon état dentaire.

Par ailleurs, les protéines sont nécessaires au maintien de la masse musculaire du corps et remplissent bien d’autres fonctions. Quant aux matières grasses, elles apportent de l’énergie, ce qui est important pour les chiens actifs et de grande taille. Les aliments industriels sont préparés de manière à respecter scrupuleusement les besoins spécifiques du chien, en quantité comme en proportion. Ils permettent de lui offrir une ration équilibrée et pratique d’emploi. Par ailleurs, de plus en plus, les fabricants d’aliment proposent des formules adaptées à l’activité, à la taille, à la situation physiologique du chien. Les races canines ont une diversité morphologique extrême et, entre autres, le rapport entre la longueur de leur tube digestif et leur poids est très différent, ce qui explique de fortes variations dans le transit digestif.

De l’eau fraîche doit être à disposition en permanence.

Combien de repas par jour ?

La plupart des chiens peuvent se satisfaire d’un seul repas par jour. Toutefois, si votre animal est de grande taille, il est préférable de segmenter sa ration quotidienne en plusieurs repas. Le chien étant glouton par nature, une seule pâtée quotidienne dévorée en quelques minutes peut, en effet, l’exposer à des embarras gastriques. Chez les chiens de grand format, en effet, il n’est pas rare qu’un exercice physique même modéré juste après le repas puisse entraîner une rotation de l’estomac sur son axe, ce qu’on nomme syndrome dilatation-torsion de l’estomac, qui, en général, nécessite une intervention chirurgicale délicate : l’estomac se dilate à l’extrême en raison de la production de gaz qui compresse les organes adjacents, le transit étant bloqué. Pour cette même raison, chez les grands chiens, on conseille souvent de placer la gamelle en hauteur.

Si vous choisissez de multiplier le nombre de repas, sachez qu’il vaut mieux opter pour un repas léger le matin et plus copieux le soir. En tout état de cause, évitez à l’animal tout exercice intempestif juste après les repas.

Quant aux chiots, il est préférable de leur donner à manger plusieurs fois par jour en diminuant la fréquence au fur et à mesure que l’âge avance.

Enfin, les femelles en lactation et les chiens qui travaillent doivent recevoir au moins trois ou quatre repas quotidiens.

Dans quoi doit-il manger ?

Les animaux doivent avoir leur propre vaisselle : un plat pour la nourriture et un bol pour l’eau. Quand le repas est terminé, écuelle et bol doivent être nettoyés. En effet, comme leurs maîtres, les animaux ne supportent pas le manque d’hygiène. Par ailleurs, veillez à laisser de l’eau fraîche à leur disposition en permanence.

Quel rôle joue l’alimentation ?

L’alimentation doit pouvoir satisfaire les besoins de l’animal en protéines, lipides, glucides, vitamines, minéraux et oligo-éléments. Ainsi, l’équilibre alimentaire repose-t-il sur un dosage rigoureux en viandes, céréales, légumes et compléments (levure, huiles, vitamines et minéraux). Une opération pas très facile à réaliser dans sa cuisine, on l’imagine !

De plus, les besoins nutritionnels des chiens varient en fonction de leur taille, de leur âge, de leur activité physique et de leur état physiologique (reproduction ou maladie, par exemple).

Or, un régime mal équilibré, basé sur des restes de table ou des aliments trop riches, peut engendrer l’obésité, un dysfonctionnement du foie, des troubles digestifs, une insuffisance rénale, ou encore des problèmes osseux. Autrement dit, réduire la durée de vie de l’animal.

Comme l’indique les professionnels, la ration ménagère demeure assez compliquée et difficilement précise. Le dosage des ingrédients, la préparation, sont très fastidieux si l’on veut parvenir à une ration parfaitement équilibrée Les aliments préparés, grâce aux méthodes industrielles, offrent la possibilité d’un rationnement plus sûr, plus précis, plus régulier, plus simple, plus pratique et généralement plus économique.

Quels aliments faut-il éviter ?

Il est préférable de ne pas donner de sucreries (sucre, gâteaux et chocolats). Elles font grossir l’animal et nuisent à sa santé. Mieux vaut lui donner une friandise spécialement conçue pour lui, en réduisant d’autant sa ration quotidienne afin de ne pas le suralimenter.

A chacun selon ses besoins

Sur les huit millions de chiens que compte la France, deux millions ont tendance à prendre du poids. A l’origine de ce problème, une alimentation trop abondante et mal équilibrée ainsi qu’un manque d’exercice. En effet, si la nourriture proposée doit être appétante pour satisfaire le goût de l’animal, elle doit aussi être parfaitement adaptée à ses besoins. Les rations alimentaires proposées sont fonction du poids, de l’activité et de l’âge.

On ne nourrit pas un chien de chasse comme un chien d’appartement, un bobtail comme un caniche (taille oblige !), ni un vieux chien comme un plus jeune.

Pendant toute la durée de sa croissance, un chiot a des exigences nutritionnelles quantitatives et qualitatives nettement supérieures à celles d’un chien adulte (notamment en protéines, certains sels minéraux et vitamines).

Un chien âgé a d’autres besoins particuliers : des protéines d’excellente qualité, de manière à ne pas trop solliciter sa fonction rénale, moins de certains minéraux (tel que le phosphore), mais plus de fibres et de certaines vitamines (telles que les Vit B).

On le voit, nourrir un animal est affaire de spécialistes !